Atelier nichoirs…suite…

Fabriquer des nichoirs, c’est bien,

les poser, c’est mieux,

Mais sans les vérifier à l’automne pour voir s’ils ont été occupés, cela ne sert à rien.

C’est chose faite, …

191107_repuzesLe Républicain d’Uzès  met le COGard à l’honneur,

ainsi que l’agriculteur soucieux de la biodiversité sur ses terres.

Grand merci

FacebookTwitterGoogle+Partager

Atelier nichoirs

P1020035P1020034

 

 

 

 

 

Chez Christian et Evelyne Hubert, samedi 26 octobre.

La journée en chiffres :

  • 15 personnes
  • 55 heures de travail
  • 5 gites à chiroptères
  • 16 nichoirs « boites aux lettres »
  • 2 réparations de nichoirs

Et voilà le 20191026_170735résultat!

Les nichoirs seront placés chez des agriculteurs.

Christian, Evelyne et José vous donnent rendez-vous, la date du prochain atelier sera communiquée, comme toujours, dans l’agenda du COGard, ainsi que par mail sur les listes de diffusion .

L’équipe vous dit à bientôt!

SOS Oiseaux en détresse

Vous avez trouvé un oiseau blessé, accidenté, en état de faiblesse….,

que ce soit un gros (buse, …) ou un petit (hirondelle tombée du nid…),

une adresse s’impose :
Hôpital Faune Sauvage :
http://hopitalfaunesauvage.org/

Hôpital Faune Sauvage
760 av de l’Europe
34190 LAROQUE

tel  pour animaux en détresse : 06 31 39 22 08

 Conseils d’Evelyne :

« pour nourrir des martinets en attendant de pouvoir les transférer à Ganges. Des croquettes chatons trempées et ramollies dans de l’eau font très bien l’affaire pour quelques jours, a donner à heures régulières ( 7 h 30; 11 h, 15 h ,19 h ) 4x/j, en suivant les précautions pour ouvrir le bec des oiseaux sans leur casser. »

Pour transporter un oiseau :

une boîte en carton, du papier journal au fond, faire des trous d’aération.
Eviter les cages à oiseaux dans lesquelles l’oiseau s’affolerait et se blesserait.

Voir les conseils d’Hôpital Faune Sauvage ici :

http://hopitalfaunesauvage.org/cevennes-sos-animal-en-detresse

Mais attention, rien n’est simple, tous les conseils ici:

http://www.oncfs.gouv.fr/Fiches-juridiques-chasse-ru377/Que-faire-d-un-animal-sauvage-trouve-mort-ou-blesse-amp-nbsp-ar1471

dont voici un extrait:

Dans le cas d’une espèce protégée (1), la personne qui découvre l’animal doit informer un agent compétent en matière de police du patrimoine naturel, qui est seul habilité à procéder à la saisie du cadavre de l’animal.
Si l’animal est seulement blessé, il peut être acheminé vers un centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus rapidement possible. S’agissant d’un cas de force majeure le transport pourra être réalisé par une personne non habilitée, sur simple accord téléphonique de l’agent assermenté qui aura pu être contacté (ONCFS, Gendarmerie, Police nationale, etc.).