Le Centre Ornithologique du Gard continu son bal masqué à Sanilhac…

Ce mercredi 24 juin, en partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels, gestionnaire de la Réserve des Gorges du Gardon, le COgard a animé une balade au cœur du village de Sanilhac pour découvrir nos voisines les hirondelles.

Dix-huit personnes étaient au rendez-vous, répartis en deux groupes pour respecter les règles sanitaires.

Christian Hubert et Marion Fraysse nous ont appris des anecdotes étonnantes et passionnantes sur les différentes hirondelles de notre département, grâce à des questions dissimulées dans des enveloppes en début de balade.Balade hirondelles(2) 24-06-20

Les Hirondelles rustiques, rousselines, de fenêtre, de rivage et de roche ont des différences de gabarit que l’on a pu constater grâce à des silhouettes à taille réelle. On a pu aussi comparer les différentes formes de queue, et d’autres caractéristiques propre à chaque espèce.

Une question sur le sujet de la migration et le chemin que ces petits oiseaux peuvent parcourir en a ébahi plus d’un ! En effet en moyenne une hirondelle parcourt 350km par jour de façon à atteindre son lieu d’hivernage ou de nidification, ce qui équivaut à 8/10 heures de vol par jour.

Balade hirondelles(1) 24-06-20Et enfin vient le moment d’émerveillement, pouvoir les observer au plus près avec les jumelles, voir les allés-retours acrobatiques des adultes, pour nourrir les juvéniles, qui ne se retiennent pas de crier « J’ai faim !! ».

Les participants ont pu aussi être initié à ‘l’enquête hirondelle’ menée par Christian Hubert. Celle-ci consiste à réaliser un repérage et un comptage des nids au sein de notre commune, dans une rue ou plusieurs. Pour plus d’informations et si vous souhaitez participer a cette enquête n’hésitez pas à contacter Christian Hubert par mail : christian.hubert@sfr.fr ou par téléphone au 04.66.22.29.37

Merci à tous les participants pour leur curiosité et leur bonne humeur! A très vite !

                                                                                                                Les plus jeunes ont été aidé pour                                                                                                       l’observation à la longue vue (c) Pauline Teodoro

FacebookTwitterGoogle+Partager

Leave a comment

Laisser un commentaire