SUR LA PISTE DES OEDICNÈMES CRIARDS

Ne vous fiez pas à leurs yeux et leur bec flamboyants, ces oiseaux-là sont de vrais caméléons. Leur plumage brun-gris est des plus adaptés pour se fondre dans leur environnement. En l’occurrence, ce sont dans les vignes que nous les avons cherchés. Et ces recherches, nous les avons faites dans le cadre du Projet National de suivi de l’œdicnème criard. Le but : récolter un maximum de données sur les individus des environs. Nous avons donc, ce vendredi 4 juin, passé au peigne fin bon nombre de parcelles de vignes.


Le protocole est simple. Une fois un animal repéré, nous posons un filet entre les plants pour le capturer. Ensuite il suffit d’attendre qu’il revienne et qu’il tombe dans le piège. Quand nous en avons un, nous le pesons, faisons des mesures biométriques, puis l’examinons dans son ensemble pour voir s’il est en bonne santé. Nous pouvons enfin lui poser une bague et une balise GPS.

      

Si nous trouvons un nid, nous pesons les œufs et estimons la date de ponte. Toutes ces informations permettent de se faire une idée générale de l’état des populations d’œdicnèmes criards, pour mieux les connaître et mieux les protéger.

Mais tout ça, c’est si nous sommes très chanceux ! Car ce petit oiseau est très malin, et ne se laisse pas attraper facilement. Il se dissimule très bien, il court très vite, et il arrive à se faufiler entre les filets. Autant vous dire que nous avons passé un sacré bout de temps dans les vignes. Nous avons cependant trouvé plusieurs nids avec des œufs, avons pu observer à la jumelle un couple avec des petits, et nous avons même pu attraper un adulte en fin de journée ! J’ai pu faire moi-même le relâché, une vraie fierté !

 

Attention : il est important de rappeler que ces captures sont faites par des professionnels, dans le cadre d’une étude scientifique. Donc si vous observez un œdicnème ou mieux encore, si vous trouvez des œufs, ne restez pas dans les environs trop longtemps et surtout n’essayez pas de les capturer ! Vous risqueriez de les effrayer, et dans le pire des cas ils pourraient abandonner le nid.

Enfin un grand merci à toute l’équipe du jour, dont la bonne humeur nous a accompagnés tout au long de la journée !

Photographies prises et article rédigé par : Lorette Marcou – Stagiaire Pédagogie et Sensibilisation

Share

RACONTE MOI TA NATURE – ACTE 4 : INVENTAIRE HIRONDELLES DE FENÊTRE À COMPS

Ce mercredi 9 juin, notre fine équipe d’ambassadeurs des hirondelles avait le nez en l’air ! Équipés chacun d’une paire de jumelles, les enfants du Centre de Loisirs des Francas du Gard et du Groupe Créatwins de Comps Mon Village ont scanné deux rues de Comps pour faire un inventaire des nids d’Hirondelles de fenêtre. Ils ont appris à se servir des jumelles grâce à un petit jeu, avant de se lancer dans leur mission. Comme de vrais ornithologues, ils ont comptabilisé les nids entiers, cassés, les traces de nids, et bien sûr ils ont regardé s’ils étaient occupés ou non. Ce sont en tout 26 nids occupés qui ont été comptabilisés.

Et nos défenseurs de la nature n’ont pas fait que compter des nids ! Ils ont en même temps répondu à des questions pour Radio Sommières. Le message et l’émission des ambassadeur « Hirondelles » est à réécouter ici !

Retrouvez-les à l’antenne pour une vraie discussion autour des hirondelles, du projet Raconte-moi Ta Nature et de leur rôle d’ambassadeurs.

Nous avons donc pu assister à de nombreux allers-retours des parents pour nourrir les jeunes. Les hirondeaux ont même montré le bout de leur bec !

J’espère que vous n’avez pas mal au cou, car cette journée ne va pas l’épargner. Et pour la bonne cause !

Photographies prises et article rédigé par : Lorette Marcou – Stagiaire Pédagogie et Sensibilisation

Share

Raconte Moi Ta Nature – Acte 3 : Pause lecture grâce à la Salamandre

Comme quoi, le Père Noël ne passe pas qu’en décembre. Ce mercredi 2 juin, c’est la Salamandre junior qui a montré sa barbe blanche à l’après-midi “Raconte Moi ta Nature” avec le Centre de Loisir des Francas du Gard et le Groupe Créatwins De Comps Mon Village pour leur projet autour des hirondelles.

Ce numéro-là était plus qu’attendu par les enfants, qui ne manquèrent pas de rappeler à leurs animateurs qu’ils ne l’avaient pas encore acheté. À la une : une hirondelle rustique, qui fait partie des oiseaux phares sur lesquels ils travaillent depuis février. Autant vous dire qu’ils étaient plus que contents quand ils ont vu arriver les 40 magazines offerts par le journal !

Aussitôt eu, Aussitôt lu !

Un magazine très complet, ludique, qui parle biodiversité, nature et qui donne la parole aux jeunes, tout ce qu’on aime !

Un immense merci à la Salamandre !

Photographies prises et article rédigé par : Lorette Marcou – Stagiaire Pédagogie et Sensibilisation

Share